Jamaat Ahmadiyya al Mouslemeen

Sermon du vendredi de Hazrat Amirul Momenine Zafrullah Domun

SERMON DU VENDREDI

23 MAI 2008

Après avoir récité la Chahada , la Ta'ouz et la sourate, Al Fatiha , du Saint Coran, Hazrat Amirul Mo'menine Zafrullah Domun a dit :

Comme vous le savez très bien, ces jours ci les Ahmadis font de grands préparatifs pour célébrer le centenaire du califat selon le concept que la   majorité parmi eux ont acquis   selon les enseignements qu'ils ont reçus. Mais malheureusement leur concept du califat n'est pas nécessairement celui que Hazrat Masih Maood (as) nous a enseigné à travers ses écrits. Or ceci n'est pas le sujet de mon sermon d'aujourd'hui.

Dans   mon sermon d'aujourd'hui   je vous parlerai de derniers jours de la vie de Hazrat Mirza Ghulam Ahmad (as) à Lahore où il est décédé. Dans exactement trois jours, cela fait 100 ans depuis que cette âme noble quitta ce monde le 26 mai 1908. Nous n'organisons aucune célébration pour de telles occasions. Mais si nous les membres de la Djamaat Ahmadiyya Al Mouslemeen avons une cause pour célébrer c'est qu'Allah, par Sa Grâce infinie nous a donné les capacités   nécessaires pour comprendre les enseignements du Messie Promis d'une façon telle que   les autres groupes qui se réclament être de lui n'ont pu le faire.

Les derniers évènements de la vie de Hazrat Ahmad (as) sont les suivants. Le 27 avril 1908, il quitta Qadian, son lieu de résidence pour Lahore. Il y alla pour faire soigner sa femme, Hazrat Nusrat Jahan Bégum (ra) qui était souffrante ces jours là. Ils cherchaient une femme médecin qui pourrait l'examiner et la guérir. Apres deux jours d'escale forcée à Batala à cause d'un manque de moyen de transport approprié, ils arrivèrent à Lahore le 29 Avril 1908. Au début il élit domicile à la maison de Kwaja Kamaal uddin , un de ses proches compagnons. Ainsi la maison de ce dernier devint un lieu de rencontre pour les gens pendant le séjour du Messie là-bas. Vue qu'il avait l'intention de séjourner à Lahore pendant un bout de temps certains de ses proches compagnons aussi arrivèrent à Lahore. C'est ainsi que le Molvi Nouruddin et le Maulana Ahsan Amrohi(ra) y étaient. De plus, le rédacteur en chef du journal " Badr " aussi commença à publier son journal de Lahore parce qu'il voulait que les gens fussent au courant des évènements et des nouvelles aussitôt qu'ils eurent lieu.

Comme d'habitude certains opposants se rassemblèrent tout près de son lieu de séjour et commencèrent à prononcer des discours provocants à son encontre. Hazrat Ahmad (as) conseilla à ses suivants de faire preuve de patience et de supporter tout ce qui se disait. Les khuddams obéirent. N'empêche qu'il y eut certains non-ahmadis bien intentionnés qui vinrent lui présenter leurs respects. Ce n'est pas nécessaire de   mentionner que les Ahmadis se réjouissaient de son séjour à Lahore et ils essayèrent d'en tirer le maximum de profits.

Le 9 mai, au matin Hazrat Masih Maood reçu la révélation suivante en langue Arabe   “ Al raheel , al raheel- innallaha yahmelo koulla himlin ” qui veut dire“ il est temps de bouger, il est temps de bouger; assurément Allah portera tous les fardeaux”. Malgré le fait qu'il comprenait très bien la signification de cette révélation, n'empêche il voulait aussi la réaliser littéralement. Donc il bougea de la maison de   Khwaja Kamaluddin à celle du Dr Syed Mohammad Husain Sahib qui était à côté. De plus il ne voulait pas que cette révélation agisse comme un frein à ses activités personnelles. Donc il continua à rencontrer les gens et à écrire.

C'était pendant ces jours qu'un Anglais, professeur d'Astronomie, Clement Rigg et sa femme vinrent le rencontrer. Il leur gratifia de deux rencontres le 12 et le 18 du mois. Ils lui posèrent plusieurs questions   et ils étaient bien impressionnés par les réponses qu'ils reçurent. Quelques unes parmi les questions qu'ils lui posèrent sont comme suit: Quel est l'âge de l'univers? Quelle est la réalité du péché? Y a t-il une vie après la mort? Peut on rencontrer les gens qui sont morts? Selon nos archives, éventuellement il se joigna à la djamaat et jusqu'à sa mort il continua à correspondre avec Dr Mufti Mohammad Sadiq.

Le 15 mai, Hazrat Ahmad accorda une entrevue à deux hommes de loi  musulmans l'un d'entre eux étant Mian (plus tard Sir) Fazle Husain. Au cours de la conversation Hazrat Ahmad expliqua que les Ahmadis ne qualifient aucun musulman de "kafir". Mais les musulmans qui qualifient les Ahmadis de "kafir" deviennent des "kafir" selon un des dires du Saint prophète Mohammad (pssl). Hazrat Ahmad (as) leur expliqua comment Molvi Hussein de Batala initia une campagne contre lui pour qu'il soit déclaré non musulman. Il émit une fatwa pour déclarer Hazrat Ahmad un non-croyant, un Dajjal et un égaré. De plus il déclara qu'il était interdit de lire ses funérailles ou de lui adresser la salutation islamique ni de lui faire l'accolade. Molvi Hussein déclara aussi que quiconque commettait les interdits sus mentionnés serait considéré comme un non musulman.

Malheureusement pendant que les Ahmadis célèbrent le centenaire du califat, selon leurs propres croyances, ils ont en même temps mis en pratique non pas les enseignements du Messie Promis mais plutôt ceux de Molvi Hussein de Batala. Ils se sont empressés de suivre l'égaré Molvi Hussein au lieu du divinement guidé Mirza Ghulam Ahmad (as). Quel dommage! Et pourtant ils raisonnent comme les musulmans égarés qui prétendent qu'ils connaissent mieux les enseignements, car les Ahmadis croient qu'avec leur système du califat, ils savent mieux ce qu'a dit Hazrat Ahmad (as). Malheureusement la vérité est bien loin de ce qu'ils prétendent.  

Revenons aux derniers jours de la vie de Hazrat Mirza Ghulam Ahmad (as). Le 17 mai il reçut la révélation suivante en langue persane :

  “ makan takya bar oumar na payidaar ”.Cette phrase veut dire “ne places pas ton espoir dans la vie mortelle”. ce même jour il invita les gens influents de Lahore à un déjeuner. A onze heures précises il commença à leur parler et il leur expliqua les objectifs de sa mission et ce que   sont ses déclarations. A midi il dit à ses invités "c'est l'heure du déjeune ; si vous voulez je peux terminer mon discours". Mais la plupart des gens dirent qu'ils ont l'habitude de déjeuner tous les jours mais c'était très rare qu'ils reçevaient un tel repas spirituel. Ils lui prièrent de continuer. Hazrat Ahmad parla jusqu'à une heure de l'après midi et ensuite il alla prendre le repas avec ses invités tout près de la maison de Khwaja Kamal uddin.  

Certaines des personnes qui assistèrent à cette réunion suggérèrent à Hazrat Ahmad (as) de faire un discours publique qui pourrait être entendu par plusieurs personnes ainsi leur permettant de recevoir son message. Hazrat Ahmad(as) accueillit favorablement cette suggestion et tout de suite il commença à écrire un livret qu'il intitula "Le Message de La Paix" (paighamé soulah). Malheureusement il ne put délivrer ce message car la mort le prit de court.

Dans son discours du 17 mai il dit quelque chose de très intéressant à propos de l'apostolat dont il se réclamait. Il dit:

"Je déclare qu'Allah m'a envoyé pour réformer l'actuelle corruption   qui est très répandue. Je ne peux cacher le fait qu'Allah me parle et qu'Il m'honore fréquemment par Ses Paroles. Ceci est l'apostolat, mais je ne jouis pas de cet honneur par moi- même. D'une certaine façon ce n'est qu'un problème de langage. L'avertissement de Hazrat Ayesha, qu'Allah soit content d'elle, à propos du Saint Prophète (pssl): "dis qu'il est le sceau des prophètes mais ne dis pas qu'il n'y aura pas de prophètes après lui" explique très clairement cet aspect de la prophétie. S'il n'y a plus d'apostolat dans l'islam, alors soyez en sûrs que l'Islam aussi est mort comme tous les autres religions et qu'il ne possède aucun signe distinctif."  

Mais quand les journaux publièrent le comte rendu e de son discours ils dirent que Hazrat Ahmad (as) avait renié son apostolat. Alors il écrivit une mise au point   et il expliqua les signes distinctifs de son apostolat. Brièvement il expliqua qu'il ne prétendait pas à un apostolat qui allait abroger celui du Saint Prophète Mohammad (pssl). Au contraire il était totalement subordonné à l'apostolat de ce dernier et s'il avait reçu des titres honorifiques c'est parce qu'il  avait suivi à la lettre les enseignements du Saint Prophète pendant toute sa vie.  

Pendant les derniers jours il était très occupé à écrire son livre" Le Message de La Paix". Un de ses compagnons Dr Hashmatullah Khan raconte:

“A un moment , peut être deux jours avant sa mort Hazrat Ahmad (as) vint à la maison de Khwaja Kamal uddin après avoir lu les prières Zohr et Asr .Environ 15-20 personnes étaient   présentes, et j'étais parmi elles. Le Messie nous prodigua quelques conseils et je me souviens qu'il a dit" La djamaat Ahmadiyya doit se faire beaucoup de souci parce que d'une part des milliers de personnes disent qu'ils sont des non croyants et d'autre part quelle serait leur situation si vraiment ils ne font pas les efforts nécessaires pour être croyants aux yeux d'Allah ? Pour eux à ce moment là, il y aura une double perte. Autant que je sache c'étaient les dernières paroles en guise de conseils ou c'était le testament de notre chef que j'ai entendu de mes propres oreilles. (Alfazl 12 novembre 1959)

Essayez d'imaginer cette situation: Hazrat Mirza Ghulam Ahmad (as) va mourrir bientôt. Il sait très bien ce qu'il a dit dans ses livres “Alwassiyyat”, “Shahadatoul Qur'an” et “Fatah Islam”. Il est bien conscient du verset de la vice-gérance (24:56) et pourtant son souci principal est pour son djamaat dans son ensemble. Si les dires du courant principal de la djamaat sont vraies et que Hazrat Ahmad savait qu'il léguait un système de khilafat qui s'occuperait des nécessités de la djamaat, pourquoi cette inquiétude de sa part. Pourquoi devrait-il se soucier que les membres de sa djamaat ne soient de vrais musulmans? Mon humble opinion est qu'il était un fin connaisseur de la nature humaine. Il savait très bien comme il l'avait écrit dans son livre “La Victoire de l”islam" qu'après un moment   les gens oublient les enseignements originaux qu'ils ont reçus d'Allah et si Allah ne leur envoie pas de nouveaux signes de Sa Part ils vont se perdre. Il fit de son mieux pour mettre en garde la Djamaat. Si les gens ne suivent pas ses instructions ils subiront une double perte comme il l'a expliqué en haut.

De toute façon il s'appliquait à écrire son livre quand le 20 mai il reçut la revelation suivante: “Al raheel, summal raheel, wal mawto qareeb” qui veut dire "le temps pour partir, le temps pour partir; la mort est proche". Quand sa femme, Hazrat Amma Jaan vit la fréquence de ces révélations elle lui conseilla qu'il fallait qu'ils rentrent tous à Qadian. Mais Hazrat Ahmad (as) lui répondit: "Maintenant nous y retournerons quand Allah nous y emmènera”. Après avoir reçu cette révélation, il continua à travailler sur son livre avec plus d'acharnement. Le 25 mai le livre était presque terminé et  il le donna au scribe pour le recopier pour l'impression finale. A cette époque là, il n'y avait ni machine à écrire ni ordinateurs. Tout s'écrivait à la main.

Après la prière de l'après midi (asr), il dit quelques mots sur la mort du Christ. C'était son dernier discours. Ensuite il alla faire une tournée pour prendre un peu d'air frais pendant une heure. Après les prières du coucher du soleil (maghrib) et du soir (esha) il prit un repas léger et se coucha.  

Incha Allah La semaine prochaine je vous raconterai sa mort et les jours qui la suivirent.