Jamaat Ahmadiyya al Mouslemeen

Sermon du Vendredi de Hazrat Amirul Momeneen Zafrullah Domun

Sermon du vendredi le 8 fevrier 2008

Après avoir lu la Shahada, la Ta’ouz, la sourate Al-Fatiha du Saint Coran, Hazrat Amiroul Mo’menine Zafrullah Domun a récité le verset suivants du Saint Coran:

Wa maa omerou illa le ya’bodoullaha moukhlesina lahouddine

Ensuite il a dit:

L’héritage de Hazrat Mirza Ghulam Ahmad (as) à tous les sincères membres de la Djamaat Ahmadiyya qui croient qu’il est le Messie Promis et le Mahdi est incomparable. Et bien sûr, nous ne parlons pas ici d’héritage matériel. Il n’en avait point. Nous parlons ici des trésors spirituels qu’il avait d découverts pour nous au prix d’épreuves considérables et de privations. Pour recevoir les innombrables grâces spirituelles qu’il avait reçues, il jeûnait pendant longtemps, il priait beaucoup et avec ferveur, il dormait peu, il se rappelait beaucoup d’Allah et il se dévouait à l’étude de plusieurs sujets et en particulier le Saint Coran. En conséquence de toutes ces pratiques il reçut plusieurs révélations de la part d’Allah. De plus il eut une connaissance incomparable du Saint Coran et des enseignements de L’Islam et il forma une Djamaat qui devait continuer sa mission jusqu’à la fin des temps.

Avant de proclamer sa mission il écrivait des articles pour des journaux et aussi des pamphlets pour défendre l’Islam. Apres de longues années de recherche il écrivit son magnum opus “Burahine Ahmadiyya”. Au total, pendant toute sa vie il écrivit environ quatre vingt livres en langue ourdou, en persane ou en arabe. Il participait dans des débats qui l’opposaient à des Hindous, des chrétiens et des musulmans pour leur montrer la supériorité et la beauté des enseignements de l’Islam. A chaque fois que qu’il y eut une publication quelconque contre l’islam il y donna la réplique. Il était très actif à défendre et à mettre en relief la sagesse des enseignements de l’Islam. Ses arguments contre la deuxième venue de Jésus fils de Marie sont irréfutables. Au début il partageait la croyance de la majorité des musulmans à l’’effet que Jésus, fils de Marie était au ciel et qu’il allait retourner sur terre et il publia cela dans son livre. Mais plus tard, Allah lui fit comprendre que Jésus fils de Marie est mort et qu’il a été envoyé à sa place. Les paroles révélées sont comme suit:

“Masih ibné Maryam rasoul loullah fawt ho chouka hai. Aur ous ké rang mein ho kar wa’da ké mowafiq tou aaya . Wa kaana wa’dallahé maf’oula. Anta Minni wa anta alal haqqil mobin . Anta mosiboun wa mo’inoune lil haqqé.”
La traduction est:
“ Jésus, fils de Marie, le Messager d’Allah est mort et tu es venu selon la promesse, en son esprit. La promesse d’Allah doit être accomplie. Tu es de moi et tu es établi sur la vérité pur. Tu es sur le chemin qui t’apportera des bienfaits. Tu es celui qui aide la vérité.”[ Izala Awhaam p561-2].

Ses recherches sur ce sujet culminèrent dans la rédaction de son livre “ Masih Hindustan mein” qu’il publia pour la première fois en Inde en 1898. Plus tard une traduction anglaise du livre parut sous le titre “ Jesus in India”. Depuis il y a eu dans le monde occidental , une pléthore d’ouvrages à ce sujet. Mais nous devons nous rappeler que c’était Hazrat Mirza Ghulam Ahmad (as) qui la première fois parla de la tombe de Jésus à Cachemire.

Nous pouvons donc constater, à la lumière de la révélation susmentionnée, que Hazrat Mirza Ghulam Ahmad (as) était un homme de vérité. Il haïssait le faux. Du moment qu’Allah lui fit comprendre que Hazrat Isa, fils de Marie était mort, il abandonna sa croyance. Tout de suite il adopta ce que Allah lui fit comprendre était la vérité. D’autre part Allah confirme qu’il était une personne qui aidait la vérité. Dans plusieurs autres révélations Allah a confirmé que ce qu’il disait était vrai. Et “wa man asdaqo menal lahé qila” c'est-à-dire “qui est plus véridiques dans ses paroles qu’Allah?”

Si le fondateur de la Djamaat Ahmadiyya était un homme véridique, en tant que ses adeptes nous ne pouvons, en aucune façon dire ou croire dans ce qui est faux. Il est de notre devoir de connaitre la vérité qui est à la base de toutes choses. Hazrat Mirza Ghulam Ahmad (as) nous a enseigné la prière suivante “ Allah houmma arena haqa’iqal ashyaa” qui veut dire “ O Allah montre nous la vérité qui sous entend toutes les choses”. Dans cette prière, les choses dont on parle n’ont pas été définies; donc sa signification est très large. Cela peut être la vérité qui est à la base du monde spirituel ou matériel. Si nous demandons à Allah de nous permettre de comprendre ces univers et que nous sommes sincères dans notre quête, il n’y a pas de doute qu’Allah nous dirigera vers des vérités dont nous n’avions pas connaissance au paravent. Souhaitons et prions pour qu’Allah illumine tous les vrais membres qui sont sincères dans cette quête de la vérité incha Allah.

Depuis le mois de novembre 2006, j’ai prononcé plusieurs sermons de vendredi où j’ai dit que les membres de la Djamaat Ahmadiyya à travers le monde font fausse route sur certaines croyances. En fait, j’ai cité plusieurs extraits des écrits du Messie Promis, Hazrat Mirza Ghulam Ahmad (as) pour faire comprendre que la Djamaat croit dans certaines choses qui sont contraires aux enseignements de Hazrat Ahmad (as) lui-même. Dans une des révélations que j’ai reçues récemment, Allah m’a fait comprendre qu’Il avait ordonné donné aux membres de la Djamaat Ahmadiyya la commande exprimée dans cette phrase:

“Wa maa omerou illa léya’bodoullaha moukhlesina lahouddine”.

C’est le verset que j’ai lu au début de mon sermon. C’est une partie du verset 6 du chapitre 98, Al Bayyina du Saint Coran. La traduction de ce verset est comme suit: " il ne leur avait été, pourtant, ordonné que d’adorer Allah Lui vouant une obéissance sincère." Ce verset a des significations si profondes que Hazrat Mirza Bashir uddin Mahmood Ahmad (1889-1965), le deuxième calife de la Djamaat Ahmadiyya Internationale, a écrit un commentaire d’environ douze pages dans son Grand Commentaire du Saint Coran pour nous expliquer ses diverses interprétations. De même, le troisième calife de la Djamaat, Hazrat Mirza Nasir Ahmad (1909-1982) a commenté ce verset dans au moins une douzaine de sermons du vendredi qu’il prononça entre le mois de mai et le mois de novembre 1969. Si je dois vous résumer ce que seulement ces deux califes ont dit, j’aurai à dédier plusieurs sermons du vendredi à ce sujet. Aujourd’hui, je vais partager avec vous un extrait de ce que Hazrat Mirza Bashir uddin Mahmood Ahmad (ra) a dit dans son commentaire qui n’est pas disponible en français, et que j’ai traduit pour vous.

Il dit : « Allah dit " il ne leur avait été, pourtant, ordonné que d’adorer Allah Lui vouant une obéissance sincère." Nous avons déjà expliqué qu’une des significations du mot din est "obéissance". C'est-à-dire qu’ils devaient vouer obéissance seulement à Allah. Les doctes en religions, les prêtres, les pandits, les devins, les savants subjuguaient tous les gens. En conséquence l’humanité dans son ensemble était à la merci de ces gens et ces derniers les avilissaient et les gardaient dans l’état d’asservissement. Quand le prophète Mohammad (pssl) apparut, il ne demanda pas à ces gens de devenir ses propres sujets ou de quitter ceux qu’ils suivaient et pour devenir ses propres suivants ou bien ses esclaves. Il leur demanda de cesser d’obéir à ces gens et de ne vouer leur obéissance qu’à Allah. Une telle invitation ne contenait pas des mots qui auraient dû les rendre furieux ni exciter leur haine. C’étaient des paroles qui leur furent adressées pour leur propre bien et elles étaient prononcées avec amour. Mais au lieu de réfléchir sur ces paroles et d’essayer d’apporter les changements nécessaires dans leur façon de faire, ils manifestèrent leur colère et ils commencèrent d’opposer Mohammad (pssl) par tous les moyens. Sur le plan mondain quand quelqu’un signale à quelqu’un d’autre ce qui pourrait lui être bénéfique, ce dernier le remercie parce qu’il comprend qu’il avait tort et que son ami lui a signalé ses erreurs et ainsi l’a protégé de la ruine. Mohammad (pssl) montra à tous ces gens le chemin qui les libérerait de la servitude des "arbabam min dounillahé" c'est-à-dire des "autres dieux à part Allah" auxquels ils ont été soumis depuis longtemps. Il leur expliqua qu’ils ont inventé ces dieux qu’ils adoraient par la suite. Un tel culte avilit l’homme et est une insulte à l’égard du Vrai Créateur, Allah. Donc , au lieu de l’accepter ils opposèrent Mohammad (pssl) et ils lui dirent qu’il était en train de corrompre leur religion."

En fait quand nous réfléchissons sur ce verset, nous pouvons comprendre comment en adorant Allah seulement, et étant dévoué à Lui tout seul l’homme peut se débarrasser de toutes les chaines qui le tiennent en état d’esclavage. Ces chaines peuvent être ses propres passions, ses proches, les savants, ses richesses matériels, son honneur, ses connaissances etc. Ces mots contiennent le manifeste d’indépendance de l’islam à tous les peuples pour toujours. La vraie liberté c’est de s’être débarrassé de tout et ne se vouer en toute sincérité qu’à Allah. Si quelqu’un pense qu’il peut atteindre la liberté autrement, il se leurre.

Hazrat Mirza Bashir Uddin Mahmood Ahmad (ra) continua ses explications en disant que dans ce verset le message du saint prophète Mohammad (pssl) n’était autre que "les gens doivent adorer seulement Allah" De plus il dit que dans ce verset Allah a expliqué la nécessité de l’arrivée des messagers et des prophètes de la part d’Allah. Ce message est comme suit : "Quand vous ne pouvez plus comprendre ce qui vous est bénéfique parce que vos capacités mentales ont décliné à un tel point, alors dans cet état piteux si Allah ne vous envoie pas un prophète pour vous réformer quand le fera-t-Il ? Un prophète est envoyé quand les gens n’arrivent plus à distinguer ce qui est bon ou de ce qui est mauvais pour eux. Quand "la corruption a apparu sur la terre et la mer " pour citer le Saint Coran (Ch. 30 : V. 42) et que les facultés spirituelles et morales des gens sont mortes et malgré tout ils continuent à penser qu’ils ont nul besoin d’un réformateur, c’est le moment le plus approprié pour la venue de quelqu’un de la part d’Allah sinon ce sera la fin de tout."

Maintenant nous pouvons nous demander pour quoi Allah m’a –t-Il révélé ces mots ? Si dans le passé l’homme de la rue obéissait les prêtres, les pandits, les hommes religieux, les devins, Allah leur envoya Mohammad (pssl) pour les libérer de ces dieux. Aujourd’hui dans la Djamaat Ahmadiyya Internationale le système façonne le comportement des individus. Cette Djamaat a été créée, en premier lieu pour permettre à l’humanité de connaitre le Vrai Dieu et aussi pour aider chaque individu à développer ses facultés physiques morales, spirituelles et intellectuelles au mieux de ses capacités. Malheureusement, nous constatons que dans cette Djamaat aujourd’hui la vérité n’a pas de valeur. Etablir une relation directe avec Allah n’est pas une priorité et il n’est pas important d’avoir de bonnes relations familiales les uns avec les autres. L’ouverture d’esprit a été sacrifiée à l’autel de la petitesse. Au lieu de cultiver les vertus on préfère la culture des préjugés. Aujourd’hui nous constatons au sein de la Djamaat des comportements qui feront rougir les pêcheurs les plus acharnés tant ils sont bas. Dans de telles circonstances on ne doit pas s’étonner si Allah envoie quelqu’un pour avertir les gens que leur comportement est répréhensible et qu’ils doivent se réformer. Ils pratiquent l’islam que de nom quand ils obéissent à leurs chefs mal-guidés. Est-ce que le Saint Prophète nous nous a- t-il pas mis en garde contre les chefs mal-guidés ou ceux qui sont totalement dénués de la piété ? Ne nous a-t- il pas dit : "Innama akhafo ala ummati al aimmatoul muzilline" (Abu Dawood, Tirmizi). Ces mots signifient: "Je crains pour mon oummah des chefs mal guidés". Il y a lieu pour les membres de la Djamaat à travers le monde de comprendre qu’ils doivent se tourner vers Allah et Lui vouer une adoration absolue et exclusive. Les paroles d’Allah sont suprêmes. Une fois de plus en me révélant ces paroles Il veut attirer l’attention des membres de la Djamaat à travers le monde qu’ils doivent L’obéir et L’adorer en toute sincérité et en toute exclusivité. Votre conception de la khilafat est devenue un de vos "arbabam min dounillahé", c'est-à-dire un autre Dieu à part Allah. Malgré le fait que vous ne puissiez pas faire la distinction entre le bien et le mal vous insistez que votre calife vous suffise : vous n’avez besoin de personne à part lui. Le commentaire de Hazrat Morza Bashir uddin Mahmood Ahmad (ra) prouve que vous avez torts.

Mais de toute façon Allah ne vous laissera pas vous égarer avant de vous avoir montré le droit chemin. Vous êtes les membres de la Djamaat de Son Messie et Il se fait du souci pour vous et c’est pourquoi Il a envoyé cet humble serviteur pour vous remettre sur les rails à temps. Rappelez-vous ce que je vous ai dit au début de mon sermon à propos de Hazrat Mirza Ghulam Ahmad (as). Il fit des efforts considérables pour présenter et argumenter son cas. Il changea son opinion quand Allah lui fit comprendre qu’il était dans l’erreur à propos de la deuxième venue de Jésus, fils de Marie. On voit là son grandeur d’âme, son ouverture d’esprit et son courage. Mais que voyons-nous aujourd’hui ? L’administration de la Djamaat Ahmadiyya n’explique pas sa position pour dire que j’ai tort et que je fais fausse route. S’ils sont fidèles à leur mission originale et à la façon de faire de leur fondateur, ils auraient dû écrire et expliquer à la lumière des versets du Saint Coran, des hadiths et des écrits du Messie Promis que je suis bien loin du chemin droit.

Il me semble qu’il y a au moins quatre raisons qui pourraient expliquer le silence de l’administration de la Djamaat. Primo ils ne veulent pas me répondre parce que, ce faisant, ils vont me donner une publicité gratuite et inopportune. Secundo, ils sont totalement incapables de réfuter les arguments que j’avance. Et s’ils essayaient de le faire ils se ridiculiseraient. Donc ils ne savent pas quoi faire. Tercio, ils attendent la suite des évènements. Quarto, ils pensent que ce que je dis pourrait être vrai, mais ils ne savent pas comment le vérifier. Allah sait mieux la vérité concernant leur attitude.

Quant à moi, je le répète, je suis disposé à parler avec n’importe qui et n’importe quand d’une façon civilisée. Si j’ai tort je serai content qu’on corrige mes erreurs. Mais si vous avez torts, vous devez reconnaitre vos erreurs et ainsi nous marcherons tous ensemble pour le bienêtre de l’Ahmadiyyat et de l’Islam incha Allah.

Ameen.